Le dernier prisonnier de Mahamadou Issoufou
Communiqué  Posté le 08-04-2021 17:49, modifié le 08-04-2021 08:50 par Tournons la Page

Tournons La Page Niger a suivi avec intérêt les derniers événements ayant conduit à l’arrestation et la déportation de l’ancien Secrétaire Général de l’Union des Scolaires Nigériens et Président du cadre d’action Debout Niger Debout, monsieur Anass Djibril à la prison de haute sécurité de Koutoukalé. Par son emprisonnement, il est le dernier prisonnier d’opinion de l’ex-président Mahamadou Issoufou.

Anass Djibril a été poursuivi pour un audio enregistré le 22 mars dans lequel il appelait à une manifestation virtuelle le 23 mars. Cette dernière n’a au final pas eu lieu. Pourtant, il a été arrêté le 24 mars et déporté dans la prison de haute sécurité de Koutoukalé, généralement réservée aux grands criminels et aux terroristes. Il est accusé, comme l’ont été de nombreux activistes avant lui, de « diffusion de données de nature à troubler l’ordre public » selon l’article 31 de la loi de 2019 portant répression de la cybercriminalité.

Outre le fait que cette loi soit absolument liberticide et permette à l’État de mettre en prison des personnes activistes et lanceurs d’alertes, on peut se poser la question du bien fondé de l’emprisonnement de Mr Djibril sur la base de cette mauvaise loi. Tout d’abord, on peut se demander si appeler à une manifestation virtuelle est de nature à troubler l’ordre public ? De plus, son appel n’a eu aucun effet puisque la manifestation n’a pas eu lieu, peut-on emprisonner quelqu’un pour quelque chose qui n’a pas eu d’effet ?

Le Procureur de la République a pourtant rappelé ce dernièr point durant l’entre deux tours des élections présidentielles, mettant en garde les responsables politiques sur le fait que certains de leurs propos peuvent tomber sous le coup de cette loi s’ils sont suivis d’effets. Ce qui a été le cas en certaines occasions sans pour autant que ces derniers ne soient poursuivis, contrairement à Mr Djibril.

Il s’agit là d’un nouvel exemple de la justice nigérienne à plusieurs niveau qui laisse ceux qui détournent des millions et fraudent en liberté et jette en prison ceux qui les dénoncent, en opposition à la célèbre citation bien visible à la Présidence : « tous les citoyens sont sous la même loi ». Une belle vitrine mais bien vite brisée lorsque l’on regarde les faits.

Au regard de ce qui précède, Tournons La Page Niger :

  1. Demande au gouvernement de cesser les arrestations et déportations arbitraires des activistes et de tous ceux qui mènent des actions pacifiques ;
  2. Rappelle au Procureur de la République que la justice est rendue au nom du Peuple Nigérien et que tout citoyen est égal devant la loi ;
  3. Exige la libération immédiate et sans condition du camarade Anass Djibril et de tous les 400 autres prisonniers injustement incarcérés.

Fait à Niamey le 7 avril 2021

 

Le coordinateur national

Maikoul Zodi

 

+33.1.45.49.70.97
contact@tournonslapage.org