Gabon - Arrestations et détentions arbitraires en lien avec le mouvement des casseroles
Communiqué  Posté le 15-03-2021 15:45, modifié le 15-03-2021 15:46 par Tournons la Page

Depuis le 13 Octobre 2020, le Gabon siège à la Commission des Droits de l’Homme des Nations-Unies, ce malgré un indice de liberté dans le monde en 2020 peu reluisant qui place notre pays dans la catégorie « État pas libre » avec un score de 22/100 dont 3/40 en droits politiques et 19/60 en libertés civiles. Par cette élection, l’opinion nationale pensait que le Gabon ferait preuve d’exemplarité afin de ne pas trahir la confiance placée en lui par les Nations-Unies.

Les derniers évènements en rapport avec la violation des Droits de l’Homme tendent plutôt à démontrer que notre pays est loin de vouloir s’arrimer aux principes en la matière. Pour preuve, la récente arrestation arbitraire des citoyens ayant initié et/ou participé à une manifestation pacifique qui consistait à cogner de chez soi sur une casserole pendant cinq minutes, dans l’optique d’attirer l’attention des autorités sur les risques liés aux mesures restrictives prises depuis plus d’un an dans le cadre de la riposte COVID-19. Manifestations pacifiques au cours desquelles, il faut le rappeler, deux citoyens ont été assassinés par balle dans leurs quartiers aux heures de couvre-feu.

TOURNONS LA PAGE, organisation internationale pour la promotion de la démocratie et les droits de l’Homme, condamne les arrestations et détentions arbitraires ayant sanctionné le mouvement des casseroles et dont sont victimes plusieurs personnes au nombre desquelles : Philippe Arsène OWONO, Gaël KOUMBA AYOUNE, Jeff BLAMPAIN, Dimitri OMBINDA et OFFAMAN. Ces arrestations sont faites en violation de l’article 1 alinéa 2 de notre loi fondamentale qui dispose : « La Liberté de conscience, de pensée, d'opinion, d'expression, de communication, la libre pratique de la religion, sont garanties à tous, sous réserve du respect de l’ordre public » et alinéa 23 « Nul ne peut être gardé à vue ou placé sous mandat de dépôt s’il présente des garanties suffisantes de représentation, sous réserve des nécessite de sécurité et de procédure ». Exprimer pacifiquement son désaccord à l’égard d’une mesure fusse-t-elle prise par le Gouvernement de la République ne constitue nullement un trouble à l’ordre publique.

TOURNONS LA PAGE, attachée au respect des libertés fondamentales, invite le Gabon, pays membre de la Commission des Droits de l’Homme des Nations-Unies et l’ensemble des partenaires internationaux à œuvrer pour le respect des libertés fondamentales dans notre pays, en publiant la liste et en libérant toutes les personnes arrêtées dans le cadre de cette manifestation pacifique et à faire toute la lumière sur l’assassinat par balle aux heures de couvre-feu des deux citoyens Gildas ILOKO et Djinki Derick EMANE MVONO. Face à la montée croissante des violations de Droits de l’Homme, la coalition internationale TOURNONS LA PAGE prendra toutes les dispositions nécessaires pour que seule la loi soit appliquée et qu’un climat de paix véritable soit préservé au Gabon, ce au bénéfice de tous sans exception.

 

Fait à Libreville, le 15 mars 2021

Marc ONA ESSANGUI, Président de Tournons La Page (TLP) International

Nathalie ZEMO-EFOUA, Coordinatrice de TLP Gabon

+33.1.45.49.70.97
contact@tournonslapage.org